La playlist Hareng Mariné

Julian Cope n'ayant pas encore présenté à son éditeur l'anthologie du rock psyché lapon, David Byrne n'ayant pas eu le temps de remasteriser les archives du premier groupe garage de Bjorn Borg, allons voir ce qu'il nous reste dans le bac à légumes, histoire de se préparer un petit casse-dalle au débotté. Le froid, ça donne les crocs. Et dans le Nord, on a soif.
Du hareng. Sec, très salé, mais tout de même un peu gras. Qui colle, mais pas trop. A tailler en tranches épaisses, en écoutant paisiblement une cover très douce, pure, qui fait passer les dealers de Tuff Gong pour de dangereux cocaïnomanes.


De l'huile. En masse. Quitte à ce qu'elle déborde. de toute façon, il y en aura partout. Vous aurez beau suivre la recette de Miles, le chef 15 étoiles, vous n'y serez jamais exactement. Mais c'est pas grave, car c'est la votre.


De l'oignon rouge. A trancher en grandes rondelles, fines comme un piqué de flûte, afin qu'elles deviennent fondantes après marinade. Bien grasses, fat comme un raregroove nature que MCA n'aurait pas eu le temps de sampler. 

De l'échalote grise. Ne vous frottez donc pas les yeux, souillon. Si vous n'êtes pas scandinave, ajoutez de l'ail rose frais pour vous la raconter. Prenez garde au dosage, vous êtes à la frontière du mauvais goût. A deux rondelles de la sanction. Si votre découpe devient trop sophistiquée, vous risquez l'asphyxie. Cut the kids in half.


Un citron, très jaune, non traité pour une fois. Pas besoin de le presser comme un malade, il coule tout seul. Il pique et sans prévenir, monte aux yeux. A moins que ce ne soit à cause de l'épinette. Ca pique bien, l'épinette.



Deux ou trois clous de girofle. Ca fait toujours bizarre au début, mais le goût s'arrondi peu à peu. C'est pas indispensable, l'effet ne dure pas longtemps, mais ça réchauffe bien le palais pendant 5 minutes.

SVEIN FINNERUD TRIO l ALFANETH STREET
Plastic Sun l 1970



De l'aneth. Allez y franchement, ça structure bien le goût. Vous pouvez en mettre un peu partout, ça fonctionne toujours. C'est très souple comme condiment, ça marche avec tout. Marc Ribot ou Bill Frisell pourront vous aider à sélectionner les meilleures branches.



De gros grains de poivre cinq baies, qui ne manqueront pas de vous arracher à la première bouchée. C'est ça qu'est bon. On peut faire plus précis comme dosage. Mais ne jugeons pas trop hâtivement les cultures méconnues sous prétexte que ces vikings, c'est quand même tous des barbares.

PÄRSON SOUND l TIO MINUTER
PÄRSON SOUND l 2001 



Un beau beurre de baratte, souple mais pas ramolli, à étaler généreusement sur de belles tranches de Rågbröd. C'est délicieux, addictif, mais peut, à outrance, devenir nauséeux. Pour votre santé, mangez moins de cinq beurres par jour.

NIELS-HENNING ØRSTED PEDERSEN-JOE PASS 
5 POUND BLUES
CHOPS l 1979
 


A accompagner d'un Riesling Grand Cru Kitterlé 2005 de chez Schlumberger, par exemple. 
Une attaque axelrodienne aux reflets assassins des mouches qui s'achève sur une finale où l'on devine des notes de reviens-y.

DUNGEN
SATT AT SE (instrumental) l 2008


Si vous n'aimez pas le hareng, faites un tour dans l'ouest pour vous procurer un beau saumon d'écosse. A déguster en gravlax bien sûr.


Un saumon sauvage mais bien élevé, qui, affrontant le souffle du vent cuivré, remonte, en contrebasse, le ruisseau des possibles ...

DONOVAN
GET THY BEARINGS
The Hurdy Gurdy Man 1968 





La sauce gravlax: une mayonnaise à la fois piquante (beaucoup de moutarde, pas d'oeuf) et douce (du sucre, de l'huile et de l'aneth). Misez sur la qualité des produits, car il n'est pas aisé de la faire monter sans oeuf. Ne pas lâcher l'affaire car quand c'est parti, ça ne quitte plus le fouet.

INCREDIBLE STRING BAND
WALTZ OF THE NEW MOON
The Hangman's Beautiful Daughter l 1968


Une goutte d'Oban pour corser le tout et montrer qui c'est le patron. Vous aurez l'impression de répéter toujours la même phrase, mais c'est elle qui, au final, fera la différence tellement elle coule, évidente.



BERT JANSCH l RUNNING FROM HOME 
BERT JANSCH l 1965


Si vous avez la fibre botanique, fourragez dans les multiples plantations de votre jardinet. Si vous arrivez à vous repérer dans cette jungle, prenez un peu d'aneth, si jamais il en reste.



Et si vous n'avez pas faim, prenez donc le ferry pour aller vous éclater une mousse avec Rory dans un irish pub. Même s'il est un peu crevé, c'est pas le genre à refuser. 





Cette compilation a été réalisée avec le soutien de l'entrepriseImages intégrées 2

13 commentaires:

  1. Oh non, c'est quoi ce bordel!!!
    Je vais faire l'impasse musicale sur un paquet de trucs (remarque avec YT ça passe tout seul et on peut zapper...) mais je vais me refaire ta chronique, j'ai encore faim et soif !
    Thanx
    EWG

    RépondreSupprimer
  2. Euh, je ne connais que Björk, E.S.T et quelques folkeux...!

    RépondreSupprimer
  3. Eh, très bonne idée que ce petit voyage guidé ! J'adhère.

    RépondreSupprimer
  4. Voilà qui excite la curiosité et qui fait saliver...

    RépondreSupprimer
  5. Bon on a que l'embarras du choix...

    RépondreSupprimer
  6. Björk et Donovan, je connais, mais les autres !!!!!

    RépondreSupprimer
  7. Ah la cuisine nordique il faut y croire pour l'avoir. La recette se tient, les proportions m'ont l'air correctes mais histoire de pinailler un peu, il manquerait pas un petit coup d'aquavit pour faire passer le tout ?

    Näkemiin
    Till Khalsen en direct de Rovaniemi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Putain l'acquavit, bien sûr. La précipitation, que veux-tu. J'imagine que je dois me démerder pour trouver quoi écouter en la sirotant ? Du Jukka TOLONEN bien agressif par exemple ?

      Supprimer